Le Sang des Rois Index du Forum
S’enregistrerRechercherFAQMembresGroupesConnexion


 Bienvenue 
Bonjour et bienvenue  Invité
"Le Sang des Rois" : L'histoire
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 517, 18, 19  >
 
Répondre au sujet    Le Sang des Rois Index du Forum » Le Sang des Rois » Le Sang des Rois Sujet précédent
Sujet suivant
"Le Sang des Rois" : L'histoire
Auteur Message
Jess
L'Encre des Rois

Hors ligne

Inscrit le: 02 Jan 2011
Messages: 91

Message "Le Sang des Rois" : L'histoire Répondre en citant
PublicitéSupprimer les publicités ?
Je recule d'un pas, me protège du soleil.
« Mince il fait encore jour... »


« Qu... qui êtes-vous ? »
Lun 3 Jan - 10:40 (2011)
Lou Chan
L'Encre des Rois

Hors ligne

Inscrit le: 03 Jan 2011
Messages: 37

Message "Le Sang des Rois" : L'histoire Répondre en citant
Une louve arrive devant l'individu.
« C'est que moi, j’suis juste venue te dire que la semaine prochaine je pourrais rien faire pour toi, je ... j'ai du travail à faire.
Te fais pas tuer, j'ai pas envie de ramasser ton cadavre en rentrant.
Allez tschus »
Lun 3 Jan - 10:40 (2011)
Jess
L'Encre des Rois

Hors ligne

Inscrit le: 02 Jan 2011
Messages: 91

Message "Le Sang des Rois" : L'histoire Répondre en citant
Je reste figé par l'irruption incongrue de Lou, sa déclaration et sa disparition soudaine.


« ...quel personnage vraiment étrange... »


Je jette un oeil au-delà de la porte de pierre. Le tunnel débouche sur une entrée secrète dissimulée dans un mur de ce qui semble être un caveau richement décoré. La lumière du jour filtre doucement, ménageant ça et là quelques coins d'ombre. Il fait frais.


« Mmm à vu de nez j'ai du me diriger vers le Sud, et je dois être dans le cimetière de la ville. Très bien. L'incendie doit être loin derrière maintenant. Je vais me reposer quelques heures ici. A la nuit je tenterai une sortie ».


Je ferme la porte de pierre sur l'obscurité du couloir, m'allonge sur un autel orné de bas-relief et croise les bras sur ma poitrine. Je m’endors.
Lun 3 Jan - 10:41 (2011)
Jess
L'Encre des Rois

Hors ligne

Inscrit le: 02 Jan 2011
Messages: 91

Message "Le Sang des Rois" : L'histoire Répondre en citant
Un chatouillis sur le coin de la lèvre. Je le balaye d'un geste de la main, y expulse une blatte. J’ouvre un oeil, me redresse.


« Aucun respect ces saletés d'insectes... »


Je m'étire. Les blessures semblent s'être résorbées, en tout cas sont moins douloureuses et handicapantes. La lumière blanche de la lune filtrant par le caveau a remplacé celle dorée (et létale) du soleil.


« Aaah j'ai bien dormi tiens. Et sans rêve, pour une fois ».


Face à la porte camouflée fermant l'entrée du tunnel, une autre porte donne vraisemblablement sur l'extérieur. Celle-ci est munie d'une grosse anse en fer forgé, et n'est pas fermée à clef. Je l’entrouvre doucement.


« Lou a dû laisser ouvert pour moi. Délicate attention, même si c'était risqué de dormir comme ça. N'importe qui aurait pu rentrer ».


Je jette un oeil par l'ouverture. Il s'agit bien d'un cimetière, qui semble désert. Je sors prudemment, sur mes gardes. J’observe bien les alentours. Aucun mouvement suspect.


« Bon OK la route a l'air dégagée. Le choix stratégique s'avère payant.
Première des choses à faire : passer chez Marie récupérer les affaires que j'y ai oubliées. Et voir si ils n'ont pas quelques infos pour moi ».


Je me mets en route en passant à couvert de tombe en tombe, toujours à l'affût d'une présence suspecte.
Lun 3 Jan - 10:50 (2011)
Jess
L'Encre des Rois

Hors ligne

Inscrit le: 02 Jan 2011
Messages: 91

Message "Le Sang des Rois" : L'histoire Répondre en citant
J’arrive à la grille de l'entrée du cimetière. Dans l'encadrement, une silhouette en gabardine noire paraît monter la garde.


« Ca aurait été trop facile... mais j'ai toujours l'avantage de la surprise ».


J’enclenche le mode silence total : me concentre, entre en lévitation à quelques centimètres au-dessus du sol, brouille son empreinte télépathique. Puis avance en rasant les murs et le sol vers la grille. La silhouette est de dos, et semble absorbée dans la contemplation de quelque chose dans sa main.


J’arrive à quelques centimètres derrière ma (future) victime qui ne s'est toujours rendue compte de rien, et subitement la ceinture, l'égorge à mains nues et plaque ma bouche sur la plaie béante pour recueillir le sang fossile. Les cordes vocales tranchées, la victime ne peut émettre qu'un pathétique gargouillis. Quelques vifs débattements mollissant, puis des soubresauts, et enfin le corps devient lourd et mou. Je le dépose délicatement à terre, et fais un rapide tour d'horizon pour vérifier que personne d'autre n'est dans les parages.


« Bizarre ce goût... pas terrible. En tous cas il n... mais... mais qu'est-ce que c'est que ça ? »


Je me penche sur le corps du vampire gisant au sol. Son bras droit présente un renflement anormal qui tend au maximum l'étoffe de la manche, et sa main est démesurée. Je déchire le tissu d'un coup de griffe... apparaît un bras aux muscles hypertrophiés, violacé et veiné de rouge, terminé par un simulacre de main aux doigts griffus*


« Mince alors... qu'est-ce que c'est que cette horreur ? C'est donc cela qu'il regardait ! Il ne contemplait pas quelque chose dans sa main, mais SA main !
Et m'est avis qu'il n'y a pas que le bras qui est mutant. Le sang doit charrier un tas de cochonneries pour avoir un goût si infect... pouâh ! »


Je réfléchis à voix haute.


« Heureusement que je l'ai pris par surprise... un coup de ce machin là et... mais une minute... les trois agresseurs de l'autre jour. Je suis sûr qu'ils avaient la même chose ! Voilà pourquoi ils tapaient si vite et si fort !


Mieux vaut ne pas traîner dans par ici. Je ne donne pas cher de ma peau si ses petits copains se ramènent ».


Je tire le corps sans vie à l'abri d'un taillis, le camoufle du mieux possible, fais un brin de toilette pour nettoyer avec dégoût le sang qui lui macule le visage et toujours très prudemment me remet en route, en direction de "Chez Marie".
Lun 3 Jan - 10:51 (2011)
Jess
L'Encre des Rois

Hors ligne

Inscrit le: 02 Jan 2011
Messages: 91

Message "Le Sang des Rois" : L'histoire Répondre en citant
Chez Marie.


Je fouille la salle du regard... il n'y a pas un chat... ah si, un crâne à trois orbites.


« HEHO Y'A QUELQU'UN ??? »


Aurélie me salue en sortant.
« Bonjour et au revoir Jess ».


« ... je passais juste récupérer ma sacoche. J'ai du l'oublier là l'autre jour ».


Je cherche à droite à gauche. Je trouve finalement une vieille besace couleur tabac en cuir râpé posée derrière le comptoir.


« Ah... Aurélie l'aura mise là pour me la garder. Sympa ».


Je prends ma sacoche et ressors, intrigué par le spectacle de désolation régnant dans le bar.


« Décidément il se passe de bien étranges choses par ici ces derniers temps... »


Aurélie entre et jette un bref regard à l'endroit où été auparavant le cercueil, puis le détourne vers le comptoir
« Ah... Jess a récupéré sa besace... J'avais peur qu'il ne se souvienne pas l'avoir oublié ici ».
Lun 3 Jan - 10:51 (2011)
Jess
L'Encre des Rois

Hors ligne

Inscrit le: 02 Jan 2011
Messages: 91

Message "Le Sang des Rois" : L'histoire Répondre en citant
Je sors de chez Marie. Dans une ruelle sombre, je vérifie qu'on ne m'observe pas. Je me concentre et m'élève souplement jusqu'aux toits, prend pied sur une tuile en dérangeant un couple de chats. Je vacille sous l'effet d'un vertige.


« Ouf je crois que j'ai abusé des pouvoirs psychiques pour aujourd'hui ».


Je me repose un peu, en observant les alentours. RAS. Puis je prend la direction de la demeure du capitaine du port.
Lun 3 Jan - 11:02 (2011)
Jess
L'Encre des Rois

Hors ligne

Inscrit le: 02 Jan 2011
Messages: 91

Message "Le Sang des Rois" : L'histoire Répondre en citant
Je passe silencieusement de toit en toit, hésite deux ou trois fois sur l'itinéraire à suivre, me trompe, rebrousse chemin et finis par retrouver la maison. Je tiens immobile au-dessus du perron.


« C'est de là que mes trois agresseurs m'ont sauté dessus l'autre jour. Idéal pour tendre un guet-apens... heureusement que quelqu'un est intervenu. Heureusement pour moi. M'est avis que je ne vais trouver que cadavres dans cette bâtisse ».


Au moment de descendre des toits, un bruit de roulement enfle sur le pavé. Un véhicule apparaît à l'angle de la rue. Instinctivement, je me cache derrière le canon d'une cheminée. Le véhicule est noir, il s'arrête à hauteur de la maison.


Une porte s'ouvre, trois hommes en descendent, portant une gabardine noire également. Puis un quatrième personnage énigmatique descend à son tour.


Grande silhouette filiforme, vêtue d'une gabardine dont on ne sait si elle est d'un blanc sale ou d'un gris très délavé, d'un chapeau au large bord de couleur grise, elle semble se mouvoir au ralenti.


Les quatre personnages entrent dans la maison. On y entend des bruits de meubles qu'ont déplace, des bris d'objets. Pas un cri, pas une parole n'est échangée. Puis après plusieurs minutes de vacarme, les quatre personnages sortent en silence et réintègrent le véhicule. Au moment de fermer la portière, la grande silhouette grise lève son visage décharné et son regard hypnotique croise le mien, lançant des éclairs le long de ma colonne vertébrale. Ce visage... ce regard... je suis pétrifié de terreur.
Lun 3 Jan - 11:02 (2011)
Jess
L'Encre des Rois

Hors ligne

Inscrit le: 02 Jan 2011
Messages: 91

Message "Le Sang des Rois" : L'histoire Répondre en citant
L'être de cauchemar déplie un long bras et pointe un doigt momifié dans ma direction. Il ouvre une gueule laissant apparaître des canines démesurément longues et fines, et ses entrailles vomissent une nuée de points noirs dans un feulement angoissant. La nuée fait une volte autour de sa main, puis file, menaçante, vers moi.


Il me faut un effort de volonté considérable pour m'arracher à la fascination hypnotique qui me paralyse. Je comprends que si je reste là je suis mort dans la seconde. Alors je m'élance, de toute mes forces, de tout mon être, dans une fuite éperdue au-dessus de la ville, pourchassé par ce nuage ténébreux. J'use de toutes les forces physiques et psychiques qui me restent, courant, sautant, volant, n'ayant pas besoin de me retourner pour sentir que mon prédateur est toujours là et gagne du terrain.


La course poursuite nous a entraîné vers les docks. Mon cerveau carbure à toute vitesse également. Je sais que ces derniers jours ont été très éprouvant, et que je ne pourrai pas tenir ce rythme très longtemps. Je fatigue déjà d'ailleurs. Il me faut une échappatoire.


Devant moi, les quais, la mer, métallique et scintillante sous la faible clarté lunaire filtrant par les nuages.


Je plonge.


J'espère que l'essaim diabolique qui me pourchasse déteste l'eau encore plus que moi, au point de renoncer. Je me retourne, et vois au-dessus de la surface une ombre passer et repasser. Ca a marché. Mais elle attend que je repointe la tête. Heureusement qu'un vampire n'a pas besoin de respirer.


Je nage donc, pour m'éloigner le plus possible. J'atteins la paroi verticale et abrupte des quais, la longe. Après quelques minutes, je trouve une conduite assez large pour m'y glisser. Je remonte un faible courant qui m'indique qu'il doit s'agir d'une évacuation d'eaux pluviales. Je finis par déboucher dans une salle où la conduite se transforme en canal. Je me redresse et sors de l'eau. Des échellons métalliques enchâssés dans le mur remontent vers la ville. Une grosse conduite en fonte rampe le long d'un angle entre sol et paroi. Elle irradie une douce chaleur.


Je suis trempé, transi de froid, épuisé physiquement, psychiquement et nerveusement. J'ôte mes vêtements, les étale bien à plat sur la conduite et m'allonge le plus près possible, vidé de toute pensée et m'endort sur l'instant.
Lun 3 Jan - 11:02 (2011)
Urdaan
L'Encre des Rois

Hors ligne

Inscrit le: 03 Jan 2011
Messages: 34

Message "Le Sang des Rois" : L'histoire Répondre en citant
Les égouts, mon domaine, mon antre. Depuis qu’une nuit, il y a maintenant plus de deux siècles, l’un de mes futurs frères m’a fait cadeau de son éternité, c’est dans les soubassements de cette cité que j’ai élu domicile. L’odeur ne me dérange plus depuis longtemps. D’ailleurs, personne ne me dérange ici bas. Parfois quelques vivants, ouvriers ou jeunes en mal de sensation. De la nourriture. Mais ils semblent avoir compris, ils se méfient, se font rare. Tant mieux. Quant à mes semblables, après de nombreuses années à les côtoyer, je m’en suis lassé. Trop d’agressivité, de concurrence, de trahison. Trop d’humanité en somme. Trop de gâchis.


Mais il y a quelques instants, une présence télépathique a fait irruption. La vieille canalisation en fonte qui réchauffe ma solitude a vibré, résonné. Cette présence n’est pas humaine. Je suis aux aguets, je me concentre. Une sensation de déjà-vu m’inquiète encore plus. Oui, il y a peu de temps, quelques jours. Lorsque, chassant sur les toits prêt de la capitainerie, une autre sensation télépathique m’a infligé un tel malaise que j’ai dû m’agenouiller. Et c’est à ce moment-là que je les ai vus. Trois masses sombres dont le bras droit surdimensionné s’acharnait sur l’un de mes frères. Un inconnu, grand et large d’épaules, mais semblant épuisé. Je ne sais quel sentiment d’injustice m’a poussé à l’aider. Mais j’y suis allé. A nous deux, nous avons réussi à faire reculer les trois montagnes, mais à quel prix. Alors en sûreté, je n’ai pu rester avec l’inconnu. Trop d’incertitude, de danger potentiel. Et toujours la présence télépathique malfaisante. J’en suis sûr maintenant, un danger plane sur la ville. Quelque chose de monstrueux, de maléfique.


C’est lui. La présence télépathique prêt de mon antre. Le grand, aidé devant la capitainerie. Que fait-il ici ? Qui est-il ? Que me veut-il ?


A force de concentration, je me rends compte de son inactivité. Je sors. C’est bien lui, dormant contre la canalisation tiède. Il est nu, ses vêtements sèchent au dessus de lui. D’où vient-il ? Il semble apaisé. Trop. Comment peut-il dormir en toute quiétude, alors que dehors se trame l’ignominie ? Beaucoup trop de questions sans réponse. Je le réveille.
Lun 3 Jan - 11:08 (2011)
Jess
L'Encre des Rois

Hors ligne

Inscrit le: 02 Jan 2011
Messages: 91

Message "Le Sang des Rois" : L'histoire Répondre en citant
Un ciel bleu, pur et intense, comme j'en ai lu dans les livres, comme je l'ai imaginé, comme j'ai oublié sans doute de ma vie d'humain...


Un désert rouge, d'un rouge orangé, mélange de la roche des Monts Sanguinaires et du sable du désert...


Un disque jaune, éclatant, et moi dessous tâche blanche immaculée, douché de lumière, heureux et libre...


Et puis tout s'assombrit... un disque noir ronge le jaune, le vent se met à souffler, aspirant de la périphérie tous les tons du paysage. Le ciel a viré au gris clair, le désert au gris foncé. Les couleurs se sont éclipsées, et ma joie avec elles. L'angoisse m'étreint, je sens les spectres resserrer leur danse autour de moi. Plus près. Toujours plus près. A me toucher...


Je m'éveille en hurlant au contact d'une main sur mon bras, et bondit contre le mur. Instinctivement, je découvre mes crocs et émet un grognement que je veux le plus terrifiant possible. Hélas ! Ma crédibilité n'est pas au rendez-vous.


Devant moi se tient un vampire de taille moyenne, trappu, au cheveu rare. Il ne semble pas agressif. Tant mieux. Vu mon état, je ne tiendrai pas longtemps si j'avais à me battre. De toute façon s'il avait voulu me mordre, il l'aurait fait dans mon sommeil, il n'aurait pas pris la peine de me réveiller.
Je me détends un peu.


« Qui êtes-vous »


Il ne répond pas, se contentant de me regarder, en proie visiblement à un grand questionnement interne.


Son regard est très doux, presque mélancolique, comme celui de quelqu'un que la vie aurait usé mais sans aigreur. C'est la première fois que je le vois, et pourtant il me semble le connaître depuis très longtemps. Ce n'est pas une simple impression de déjà vu, c'est presque palpable. En tout cas je sens, je sais qu'il ne me veux pas de mal. Je réitère ma question, pensant qu'il est peut-être tout simplement muet...


« Qui êtes-vous ? »
Lun 3 Jan - 11:08 (2011)
Jess
L'Encre des Rois

Hors ligne

Inscrit le: 02 Jan 2011
Messages: 91

Message "Le Sang des Rois" : L'histoire Répondre en citant
Son mutisme me conforte dans mon idée... il doit avoir perdu l'usage de la parole.


Puis il tourne les talons et s'en va d'une démarche chaloupée, comme si il avait fini par trouver quelque chose au fond de mes yeux, et satisfait, repart.
J'hésite un bref instant, puis je me rhabille en vitesse, et poussé par je ne sais quel sentiment je le rattrape et lui emboîte le pas. Si il a décelé ma présence il n'en montre rien, et continue son chemin d'un pas égal, sans se retourner, à travers le dédale de tunnels qui se ramifie dans ton les sens.


Après avoir déambulé pendant un bon quart d'heure, ne croisant que quelques rats effrayés, nous arrivons devant une porte métallique. Il saisit la roue centrale à deux mains, dévisse, et tire le lourd vantail... laissant apparaître un décor insolite.


Au fin fond des égouts de la cité se cache un appartement tout ce qu'il y a de plus confortable, meublé de superbes éléments en bois sculpté, orné de draperies, de coussins, d'étoffes raffinées, dans les tons or et carmin. Un doux parfum de jasmin me parvient aux narines, et on entend en léger fond sonore un morceau de musique classique... du Beethoven je crois.


Je reste sur le pas de la porte, fasciné par ce spectacle, et ne sachant trop quelle attitude adopter. Je n'ai pas été invité à entrer.
Lun 3 Jan - 11:09 (2011)
Urdaan
L'Encre des Rois

Hors ligne

Inscrit le: 03 Jan 2011
Messages: 34

Message "Le Sang des Rois" : L'histoire Répondre en citant
Enfin de retour dans mon antre ! Je supporte de moins en moins l’extérieur. Surtout lorsque quelque chose d’inhabituelle vient troubler ma quiétude. Malgré la présence incongrue de cet inconnu sur le pas de ma porte, je me sens à nouveau en sécurité.


Je me retourne et le regarde, hésitant. Tout dans son attitude me fait penser à moi il y a quelques décennies. Pourquoi l’ai-je laissé me suivre jusqu’ici ? Encore ce sentiment d’injustice, voire de pitié face à cet être dépenaillé et apeuré. Je ressens néanmoins une immense force en lui. J’ai confiance en lui. Etrange sentiment qui ne m’a pas habité depuis longtemps.


« Entre ! » lui dis-je froidement. Il hésite, puis sourit maladroitement et s’exécute.


« Que me veux-tu ?! Qui es-tu ? Et que fais-tu ici ? »


Il ne semble pas comprendre mon ton agressif, et ses traits se figent de manière défensive.


« Excuse mon ton. J’ai peu de visite et je ne les souhaite pas. Réponds-moi, s’il te plait. »


Ses yeux clairs retrouvent leur douceur. Il se détend perceptiblement. Il ne se sent plus en danger. Il a raison. Néanmoins, son mutisme ne me semble guère approprié. Je ne sais pour quelle raison, mais je lui fais confiance. Je me dévoile un peu plus.


« Je me prénomme Urdaan. Tu es ici en sécurité. Nous nous sommes déjà rencontré, lorsque tu étais en difficulté prêt du port. Qui étaient ces brutes ? »


Toujours ces questions que je ne peux m’empêcher de poser… Et enfin son visage s’éclaire.


« Merci pour l’autre soir. Sans toi, ces mutants m’auraient certainement déchiré de leurs griffes. Comment as-tu pu rivaliser avec ces trois brutes ? Qui es-tu ? »


Encore des questions…


« Tu n’es pas sans savoir que plus les années passent, plus nos pouvoirs se développent. La force physique en fait partie. C’est une évolution naturelle. Encore faut-il supporter suffisamment longtemps l’intemporalité de notre existence. Je suis né à la nuit il y a 276 ans. As-tu faim ? »


Sans attendre sa réponse, j’use de mes quelques pouvoirs pour déplacer l’une de mes sculptures, « Le baiser du fantôme à la jeune fille » de Rodin. Un coffre dissimulé s’ouvre, une carafe en cristal noir de l’Ecole de Nancy en sort et vient se poser sur la table devant nous. Je l’invite à s’assoir sur le canapé en Velour bleu nuit, en face de moi, et lui sert une coupe de notre précieux nectar de vie humaine. Surpris, mais de plus en plus à l’aise, il porte les 37,5 degrés de bien-être à ses lèvres et s’en délecte. Ses joues rosissent aussitôt. Le manque devait le tarauder.


D’une voix qui se veut apaisante, je lui dis : « Peut-être l’as-tu perçu, mais un lien puissant nous unit. Je ne sais pas encore quel en est son origine, ni pourquoi. Mais je lis clairement en toi et tu peux avoir confiance en moi ».


Le regardant droit dans les yeux, j’établis un lien télépathique avec lui et ouvre totalement mon esprit à ses nombreuses questions.


« Maintenant que tu sais, parle-moi. Je t’en prie », lui dis-je tout en jouant avec le cristal sombre de mon verre.
Lun 3 Jan - 11:14 (2011)
Lou Chan
L'Encre des Rois

Hors ligne

Inscrit le: 03 Jan 2011
Messages: 37

Message "Le Sang des Rois" : L'histoire Répondre en citant
J’arrive à l'entrée des égouts, là ou Jess est passé.
De là où ils sont ils sentent la froideur et la colère qui émane de ma louve et moi.
Je continue mon chemin, frappe à la porte.
« Ouvrez-moi ! », dis-je d'un ton calme mais autoritaire pour mon jeune âge.
Lun 3 Jan - 11:14 (2011)
Lou Chan
L'Encre des Rois

Hors ligne

Inscrit le: 03 Jan 2011
Messages: 37

Message "Le Sang des Rois" : L'histoire Répondre en citant
Après un bout de temps derrière la porte
« OUVREZ-MOI !!! BORDEL DE MERDE !!! Jess t’as tué un de mes amis !!! et j'éspère qu'au cimetière t’as pas touché aux tombes !!!
OUVREZ-NOUS !!! ».
Puis nous commençons à nous déchaîner sur la porte.
Lun 3 Jan - 11:14 (2011)
Contenu Sponsorisé






Message "Le Sang des Rois" : L'histoire

Aujourd’hui à 08:08 (2018)
Montrer les messages depuis:    
Répondre au sujet    Le Sang des Rois Index du Forum » Le Sang des Rois » Le Sang des Rois Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 517, 18, 19  >
Page 4 sur 19

 
Sauter vers: 

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Design by Freestyle XL / Music Lyrics.Traduction par : phpBB-fr.com