Le Sang des Rois Index du Forum
S’enregistrerRechercherFAQMembresGroupesConnexion


 Bienvenue 
Bonjour et bienvenue  Invité
"Le Sang des Rois" : L'histoire
Aller à la page: <  1, 2, 36, 7, 817, 18, 19  >
 
Répondre au sujet    Le Sang des Rois Index du Forum » Le Sang des Rois » Le Sang des Rois Sujet précédent
Sujet suivant
"Le Sang des Rois" : L'histoire
Auteur Message
Dëss
L'Encre des Rois

Hors ligne

Inscrit le: 02 Jan 2011
Messages: 36
Localisation: Les Enfers

Message "Le Sang des Rois" : L'histoire Répondre en citant
PublicitéSupprimer les publicités ?
Je vois des oiseaux, ils sont grands, noirs, osseux accompagnés d'un long bec, certain l'ont entrouvert et des dents pointus sont visibles. Ces volatiles sont au dessus d'une falaise, posés près de cadavres, squelettes et autres nourritures comestibles pour des charognards. Que font ces volatiles alors que je suis dans les égouts?! On dirait plus ma ville natale ...*


Une phrase me sort de mon délire :
« Réponds-moi. Vous vous connaissez ? »


Je suis dans les bras de cet inconnu, il me porte. Ce n'est pas très glorieux...
A vrai dire, je ne serais pas capable de marcher, je ne sens même plus mes jambes. La douleur dans mon bras a gagné mon épaule, mes premières côtes et ma clavicule, mais aussi ma main.


« Je .. Oui, on se connaît »


Je ne suis même pas capable de tenir une conversation dans cet état.


« Je suis déjà venu dans cette région, je visitais. J'ai pris part à un bal, J'y ai rencontré pas mal de vampires, ils se réunissaient pour fêter la réunion des trois lunes... Et il y a eu un mystère.. Enfin je ne sais plus trop quoi ... Et dans un autre bal, nous nous sommes rencontrés, elle s'appelle Lou, et sa louve c'est Shadow ».


Je suis à deux doigts de retomber dans mon délire.


« Et moi.. Appelle moi Dëss, sa suffira. Et toi…? A qui ai-je l'hon.. »


Je n'ai pas le temps de finir ma phrase, je m'évanouis, et retombe dans mon délire, me laissant transporter par cet inconnu, et accompagné de Lou et de sa Louve.
Mer 5 Jan - 00:38 (2011)
Jess
L'Encre des Rois

Hors ligne

Inscrit le: 02 Jan 2011
Messages: 91

Message "Le Sang des Rois" : L'histoire Répondre en citant
Ce sifflement ininterrompu dans ma tête me vrille les nerfs. L'explosion a du me péter les tympans. Effectivement du sang me coule des oreilles. Les acouphènes sont insupportables.


Je me plains, mais j'ai eu bien plus de chance qu'Urdaan. Coincé dans l'orifice au moment de l'explosion, il a été soufflé comme une plume et gît maintenant au sol, sans connaissance. Je m'approche de lui. Je sais bien qu'il ne peut pas mourir, du moins pas comme ça, mais ses blessures risquent de l'handicaper pour quelques temps.


Un premier diagnostic sommaire m'apprend qu'il a un bras cassé, sans doute quelques cotes fêlées, un trauma crânien. Les organes n'ont pas l'air touchés. Tout dépend de son pouvoir de régénération maintenant. Je connais quelques moyens d'accélérer le processus, mais pour ça il me faut aller acheter des simples et du matériel. Je sais où en trouver, mais il me faut sortir des égouts. C'est risqué, et surtout je suis perdu. Je décide donc d'attendre qu'Urdaan reprenne ses esprits, et qu'il m'indique le chemin à suivre.
Mer 5 Jan - 00:40 (2011)
Ezeckhiel
L'Encre des Rois

Hors ligne

Inscrit le: 03 Jan 2011
Messages: 27

Message "Le Sang des Rois" : L'histoire Répondre en citant
Elle me répond, sans trop me répondre...
« Oui, on se connaît vaguement ... Je sors de là et de nul part. Je suis Jess depuis qu'il est partit de chez moi...Excuse moi de faire irruption maintenant, j'aurai pu t'aider contre le type de tout a leur, mais je voulais voir les blessures de Dëss. Il souffre ... »


Lui, asthénique, me répond qu'il l'a connu à un bal, qu'elle s'appelle Lou, que la louve qui l'accompagne s'appelle Shadow, et que lui-même s'appelle Dëss.


Il tente, vainement, de lutter contre la fatigue, et me demande mon nom dans un soupir, avant de s'endormir profondément.


Pour l'autre, je réponds...
"Ezekiel".


La louve l'ayant pris sur son dos, nous courrons quelques minutes, suivant le chemin des égouts.
S'il la connais, je ne devrais pas avoir à m'en méfier.
Restons sur nos gardes, cependant ...


Nous dépassons, à notre droite, une échelle. C'est notre clé de sortie.
"Par ici!", dis-je en retournant sur nos pas. Lou monte la première, afin que je monte avec Shadow sur le dos. Une fois la louve à la surface, je redescend chercher Dëss, le prend sur mon dos, et remonte enfin à la surface.
Nous nous trouvons à présent dans une ruelle calme, en pleine nuit. Au vue de la position de la lune, nous sommes à l'Est de mon repaire.
"Lou, surveille Dëss, et reste ici. Je reviens."


Je laisse les trois autres derrière moi, et avance jusqu'à la rue. Quelques voitures passent, et me vient alors une idée...


Je m'allonge, en plein milieu de la rue, et attend.


Quelques minutes plus tard, une voiture arrive enfin, et s'arrête à une dizaine de mètres de moi. Le conducteur, seul, en descend, afin d'examiner ce qui lui bloque la route. Je continue de faire le mort, jusqu'à ce qu'il s'approche pour me prendre le pouls. J'attrape sa main sur mon cou, et il lâche un cri que j'arrête net en lui brisant la nuque du tranchant de ma main.
Il est mort...


J'emporte le corps, et monte dans la voiture. Je n'ai pas l'habitude de conduire, mais je m'en sortirai. Ce n'est pas la première fois...


Je fais demi-tour, me dirige jusqu'à la ruelle où j'ai laissé Dëss et Lou, et klaxonne. Lou fait monter Dëss et Shadow à l'arrière, et monte devant.
« C'est qui, lui ? ».


« Celui qui va vous nourrir, toi et Dëss. Commence-le, et donne-le lui ».
Elle s'exécute, tandis que je ressors de la ruelle, et me dirige vers l'Ouest de la ville, en direction de la forêt
.
Nous roulons une vingtaine de minute, avant qu'une violente douleur me prenne à l'estomac.
L'effet s'estompe...


La douleur, persistante, m'arrache les boyaux. La sensation est plus forte qu'en temps normal...
J'arrête maladroitement la voiture, et enlève mon T-Shirt.
Je découvre plusieurs contusions sur mon torse, séquelles de mon combat contre le monstre dont la tête gît, pathétique, dans les bras d'un Dëss malade, peinant à boire sa victime.


Cependant, une blessure, plus profonde et semblable à celle de l'épaule de Dëss, me déchire l'abdomen. Je comprends...


J'ai également été empoisonné, et l'effet la saloperie que j'ai ingéré avant le combat ne s'est atténué que maintenant.
Je douille...
Lou, regardant avec dégoût le spectacle qu'offre mon torse nu, me demande si ça va.
« Bien obligé... »


Je redémarre. De toute façon, nous serons bientôt arrivés.


Nous roulons encore une bonne dizaine de minutes, pendant lesquelles la douleur ne cesse d'augmenter, paralysant presque mes membres.
Puis nous arrivons à destination: la lisière de la forêt.


« On est où, là ?
- Tais-toi, et suis moi. On est bientôt chez moi, mais les environs sont... Quelques peu hostile. Enfin, t'as l'air d'aimer les loups, t'as rien à craindre ».


Nous laissons le cadavre, désormais vidé de son sang, dans la voiture. Nous n'en aurons plus besoin.


J'avance péniblement et pénètre dans la forêt, suivi de près par Lou et Shadow, qui supporte le corps inerte de Dëss. Nous devons faire vite, avant que je ne soit plus en état de réfléchir...
Je réfléchis quelques secondes, et percute. Le cocktail que j'ai bu avant mon combat empêchait les effets du poison temporairement. Peut-être que si j'en bois...
Je plonge ma main dans ma poche, et en retire une fiole rouge dont je bois le contenu.
Je sens que ça va mieux...


Nous continuons de marcher dans la forêt quelques courtes minutes, et nous l'apercevons enfin.
Non. Je l'aperçois enfin.
« On y est. Suivez moi à la trace. Il y a des pièges un peu partout. Si vous êtes pris dedans, vous êtes mort ».


Lou ne semble pas me prendre au sérieux. Elle sourit...


« Ce n'est pas une blague. Il y a des pièges absolument partout dans la forêt. En fait, il y en a depuis la lisière. Mais à un rayon de 300 mètres autour de mon abris, j'en ai posé un bon millier. A tes risques et périls ».


Son sourire disparaît, et elle comprend à quel point je suis sérieux.
Elle doit me prendre pour un paranoïaque...
Il n'y a pas de mal à se protéger !


Nous avançons encore une centaine de mètres, prudemment, et on peut enfin en admirer la beauté.
Caché, au fin fond de la forêt, une espèce d'énorme Bunker, gris, vide, délabré, abandonné,
Non, pas abandonné. C'est là que je vis, depuis maintenant trois ans. Ce petit coin de paradis, "à l'abri des regards indiscrets"...
Depuis trois ans, je n'ai jamais été dérangé par une quelconque personne. C'est l'endroit parfait pour un vampire comme moi.
Il est éclairé par la lune, entre les rares feuillages des arbres. Magnifique...


Lou le regarde, et semble passer à côté de l'enthousiasme que j'attendais. Raté...
Je suis déçu que Dëss soit endormit, et qu'il rate ce magnifique spectacle. Tant pis. Nous n'avons pas le temps d'admirer la magnificence de mon labo. Il y a plus urgent...


J'appuie sur un bouton noir, et nous entrons par la porte métallique qui vient de coulisser.
Une fois tout le monde à l'intérieur, nous avançons dans l'étroit couloir, dont les murs sont tapissés d'un magnifique papier peint rouge, et le sol de moquette rouge elle aussi.
Nous arrivons dans mon salon dans lequel se trouve, à droite, comme dans tout salon, un écran plasma devant lequel j'ai placé un magnifique canapé, volé à une riche famille dont j'ai tué le fils, ainsi qu'une table en bois et les chaises qui l'accompagnent. Quelque peu rustique, mais dont je ne pourrais jamais me séparer.
Derrière, une chaîne Hi-Fi. Au dessus, un lustre que j'ai volé aux voisins de la riche famille, le même soir. Je ne suis pas à blâmer, il faisait moche, chez eux. Chez moi, au moins, il resplendit.
A gauche, une porte communique avec la cuisine. Une cuisine moderne, pour une maison moderne. Enfin, une maison...
Nous ressortons dans le couloir, et je leur fait visiter ma chambre en vitesse, avant de nous diriger directement au laboratoire, ma pièce principale.


Là, je ne leur fait pas visiter. Lou découvrira par elle même en se baladant dans mon immense laboratoire, tandis que Dëss, lui, aura le droit à une visite plus poussée le lendemain, quand il sera soigné.
Je suis fier de ce laboratoire. La NASA ne pourrait pas se vanter d'avoir un tel matériel.
Quoique...


J'attrape la tête qu'il portait dans ses mains, et commence mes analyses. Je découpe des bouts de peau, que j'analyse au microscope, ainsi que quelques gouttes de sang. L'ADN de cette bestiole est différent de tout ceux que j'ai pu observer avant...C'est bizarre.


Tel le petit garçon recevant sa boîte de chimie à Noël, je prend j'observe, j'ajoute, je mélange, je secoues...
Mélangé à de l'alcool, le sang de la créature vire au violet.
J'ai trouvé. J'analyse une dernière fois le mélange, et note mes observations sur un bout de papier.
C'est un poison neurotoxique. Il bloque les muscles et provoque, parfois, des comas. Il va falloir faire vite avant que son coeur ne soit bloqué, lui aussi...
"Toi, tu restes là, et tu surveilles son état. Moi et Shadow, on va chercher de quoi le soigner."
"Tout à l'heure, tu as bu un truc qui t'as soigné. Pourquoi tu lui en donnes pas ?! Il va rester sur le carreau s'il est pas soigné tout de suite!"
"Je peux pas lui en filer, il le supporterait pas. Il est fort, il peut encore survivre quelques heures. J'ai pas le temps."


Je tourne les talons, et cours en direction de la porte. Dans la forêt, avec toutes les espèces végétales, je devrais bien pouvoir trouver de quoi arrêter l'action de cette saloperie. J'ai déjà presque tout dans le labo, il me faut juste deux ou trois herbes...
Je grimpe sur le dos de Shadow, et la guide parmi les pièges.


Les orties sont là, la coriandre est ici, et enfin, la sauge. Mélangé à l'alcool, ça devrait pouvoir faire effet...J'espère ne pas arriver trop tard.


Je retourne "chez moi", plantes en main, prêt à essayer le mélange. On verra bien...
Il ne me faut que quelques secondes pour trouver le reste des composants dans le bordel de la pièce, et préparer un antidote verdâtre. Le mélange violet de tout à l'heure sera mon unique test: j'espère qu'il n'échouera pas...
Je verse quelques gouttes de la substance pâteuse et verdâtre sur le liquide violet, qui s'évapore, se dissous au premier contact. Je crois que j'ai réussis...


Aïe. La douleur de ma propre blessure me reprend. Je souffre en silence, sans attirer l'attention de Lou, qui me regarde faire attentivement.
Je m'avance vers Dëss pour lui administrer l'antidote, en priant pour que ça marche...


Aïe.
J'ai à peine le temps de lui faire avaler l'antidote que je m'évanouis, à bout de forces. La fatigue, la nuit, le chemin accumulé depuis ces 4 derniers jours et le poison qui m'a été inoculé auront finalement eu raison de moi...
Mer 5 Jan - 00:43 (2011)
Dëss
L'Encre des Rois

Hors ligne

Inscrit le: 02 Jan 2011
Messages: 36
Localisation: Les Enfers

Message "Le Sang des Rois" : L'histoire Répondre en citant
Après des oiseaux, ce sont des tigres que je vois, ils sont recouverts d'une fourrure noire, avec des rayures violettes tout le long de leur dos.. Ce sont des tigres qui vivent dans la vallée perfide. Qu'es que je fous ici?! Je dois encore délirer. J’entends les bribes d'une conversation mais je ne saisis aucune parole. Après d’autres visions de moins en moins nettes, j'ai l'impression que je bouge, je suis transporté. J'ai le goût du sang dans la bouche. Est-ce le mien? Non. C'est du sang humain, comment puis-je avoir le goût du sang humain dans la bouche alors que je ne chasse pas ?! Enfin, cela me nourrit un tant soit peu.


Je commence à refaire surface, je suis à l'ombre. Je suis à l'abri. J'ouvre les yeux, l'inconnu qui m'a sauvé est penché sur moi, je sens une piqûre dans mon bras gauche. La douleur s'estompe, elle disparaît au fur et a mesure, passe peu a peu de mes côtes à mon épaule, puis mon bras et n'est plus qu'un souvenir, je le fais bouger et je n'ai aucun problème pour me mouvoir. Je n'ai pas le temps de remercier cet inconnu, il s'effondre devant moi, il tombe à la renverse et se cogne contre le sol. Je ne réalise pas vraiment tout de suite, je reprends encore mes esprits, je n'ai pas le temps de le rattraper.


A la seconde où je percute, je me rappelle l'avoir vu se battre contre un de ces mutants et être touché. Le fait que je ne sois plus sous l'emprise du poison me force à croire qu'il ma donné un antidote. Je ne réfléchis pas, je me mords les veines à pleines dents et porte la plaie ouverte à la bouche de l'inconnu allongé sur le sol, si l'antidote est en moi, il est dans mon sang. Je laisse couler pas mal de sang dans sa bouche et le force à avaler. Je le porte et le pose sur le lit où j'étais précédemment. Il me faut cicatriser ma plaie à présent, je cherche mon sabre aux alentours dans la pièce et ne le vois pas. Merde, il ne l'a pas pris, il doit toujours être là-bas !! Je pose ma main droite sur la plaie de mes veines sur le bras gauche, je la retire au bout de quelques secondes : la chair est brûlée, la plaie cicatrisée. Ce n'est pas agréable, mais cela fera l'affaire pour le moment.


Il faut que j'aille chercher mon sabre, mais je ne peux pas, je ne peux pas laisser celui qui a veillé sur moi et qui m'a inoculé l'antidote sans surveillance. Ce n'est pas du tout dans mes habitudes, mais il va me falloir rester ici, et envoyer quelqu'un d'autre. Je me souviens que Lou était avec lui, mais elle n'est pas là pour le moment, elle doit visiter cet abri.


Je trempe ma main dans mon sang par terre qui a coulé sur la joue de mon sauveur lorsque je lui ai versé entre ses lèvres. Je m'approche du centre de la salle, m'accroupis et trace des hiéroglyphes sur le sol. Je pose ma main encore baveuse sur le texte, et les hiéroglyphes s'illuminent, ensuite la pièce est cachée par une explosion de fumée. Celle-ci se dissipe, et laisse voir un homme, aux cheveux argentés qui tombent sur ses épaules, puis sur son dos finissant en dégradé. Sur sa tête, un diadème orné d'une pierre bleue est posé. Il porte un vêtement de velours noir qui lui laisse les bras nus, permettant de voir son tatouage sur son épaule droite. Deux épées courtes sont croisées en dessous de ses cheveux irisés. Ses jambes sont recouvertes d'un pantalon en tissu noir accommodé de protection en cuir.


Je me relève et me porte face lui. Ses premières paroles sont des jurons d'une langue étrangère:
« Mäs blackden !! Mais qu'est-ce que je fous ici ?! »
- Désolé de te déranger, mais j'avais besoin d'une personne pour m'épauler.
- ..Hum, Dëss ! Ca faisait un bail !
- Oui, je n'ai pas eu besoin de toi dans mes dernières missions, mais aujourd'hui je n'ai pas d'autre solution. Tu n'es pas occupé ?
- Pour t'aider, je suis TOUJOURS occupé… Mais tant pis, je ferai avec.
- Je te reconnais bien là, donc voilà le service dont j'ai besoin, il faut que tu trouves les docks, et plus précisément la zone où il y a eu un combat. Ca ne sera pas trop dur, j'y ai fait de gros dégât. Il faut que tu fasses attention, nous avons été attaqué par des humanoïdes qui possédaient des bras assez dangereux. Enfin tu verras là-bas. J'ai besoin de toi pour retrouver mon sabre, et aussi pour me dire se que font ces mutants. J'ai pour mission de ramener un cobaye, et tu as maintenant comme mission de me tenir informer de leur faits et gestes."


Il me regarda un peu surpris.


« Pourquoi as-tu besoin de moi pour faire ça ?
- Parce que je dois rester ici ».


Il dirige son regard vers le lit de camp où se trouvait l'inconnu.


« Pfhh ta réputation en prend un coup !
- Fais ce que je t'ai demandé et nous serons quitte, te dette sera remboursée. Mon sabre, il est en bois. De couleur rouge, il n'est qu'a une main. Dépêche-toi s'il te plait ».


Mes mots se finirent alors qu'ils étaient déjà partit dans un écran de fumée. Je retournais près de l'inconnu. Saend avait raison, ce n'est pas moi de veiller sur quelqu'un, même s'il m'a aidé. Il devrait prendre du temps avant de se réveiller, si j'ai mit quelques heures il devrait se réveiller d'ici demain matin. Je n'ai pas sommeil. Il a bus de mon sang, il pourrai se réveiller plutôt, sauf s'il réagit mal ... C'est un vampire, il y a peu de chance.
Mer 5 Jan - 00:46 (2011)
Jess
L'Encre des Rois

Hors ligne

Inscrit le: 02 Jan 2011
Messages: 91

Message "Le Sang des Rois" : L'histoire Répondre en citant
Je me suis assis près d'Urdaan, et ai posé délicatement sa tête sur mes cuisses. En guettant le moindre signe d'éveil, je repense à ces derniers jours de folie, où la vie à soudain pris une accélération incroyable. Que d'évènements depuis cette traversée du désert des pluies et la vision de cet étrange convoi fantôme !


Je suis pris dans une dynamique destructrice à laquelle je ne comprends pas grand chose, j'y entraîne malgré-moi et malgré-eux des personnes qui n'avaient rien demandé. Je risque ma vie et la leur, tout ça pour quoi ? Je n'en sais rien. Mais visiblement le destin nous a choisis, et on ne peut pas lutter contre...


Urdaan commence à remuer. Il ouvre un oeil, grimace. Visiblement il souffre. Il ouvre la bouche, doit parler, mais je n'entends rien qu'un sifflement strident. Les acouphènes ont un peu diminué, mais couvrent encore tout autre son. Je suis sourd, temporairement.


J'imagine qu'il en est de même pour lui. Renonçant à communiquer par la parole, je tente une approche télépathique, timide, douce, ne voulant pas m'imposer dans l'esprit de mon congénère fragilisé.


Je tends ma pensée vers lui. Au bout de quelques secondes, je sens une faible accroche. Si son contact de tout à l'heure avait été soudain et violent, une déferlante de souvenirs et d'émotions, celle-ci est à peine perceptible. Je vais essayer d'être concis.


"Reste calme. Tu es blessé, mais rien de grave. Je dois aller chercher de quoi te soigner. Tu vas pouvoir rester seul ?"


Il semble ne pas percuter. Je sens qu'il m'envoie une pensée, me concentre... "... sur tes lèvres..." parviens-je à comprendre. Mes lèvres ? Je réfléchis... ah ! Il veut lire sur mes lèvres. Je reprends donc ma pensée, en articulant bien mes propos en même temps. Cette fois, il acquiesce d'un léger hochement de tête. Je poursuis :


«Il faut que tu m'indiques le chemin». Il ferme les yeux... et soudain sa volonté pénètre en force dans mon esprit. Je vois les égouts, ses chemins, ses issues. Tout est bien structuré, organisé, j'y vois les pièges et les raccourcis, les animaux qui y vivent, les impasses. Il m'a livré sa connaissance des lieux, entièrement. Désormais j'y serai comme chez lui, comme chez moi.


Presque avec tendresse, je me dégage de sous sa nuque et me redresse. J'ôte ma veste et la plie en un ersatz d'oreiller.


«Repose-toi, je fais vite»


Et je file à travers les couloirs. Je me rends compte que mon corps est presque entièrement remis des blessures subies précédemment. J'ai retrouvé ma souplesse et ma rapidité.


Sans aucune hésitation je parviens à la sortie la plus sûre à mon goût : une petite porte en bois vermoulue dans une cave oubliée. De là je me glisse discrètement dans une petite ruelle, après avoir bien vérifié qu'elle est déserte. Puis en rasant les murs, je me rends au 666 rue des Martyrs.
Mer 5 Jan - 00:48 (2011)
Saënd
L'Encre des Rois

Hors ligne

Inscrit le: 04 Jan 2011
Messages: 9

Message "Le Sang des Rois" : L'histoire Répondre en citant
Je suis tranquillement dans mon arbre-maison en train de déguster une hirondelle chassée plus tôt dans la journée, quand soudain je me sens attiré ailleurs sans me laisser le temps d'analyser comme il se doit la situation me voilà dans un brouillard a couper au couteau, rapidement dissipé, je m'aperçois que je suis dans une sorte de chambre sans doute (il y a un lit).
Un juron s'échappe de mes lèvres.
« Mäs blackden !! Mais qu'est-ce que je fous ici ?! »


Une voix que je n'ai aucun mal à reconnaître malgré des intonations pleines de lassitude.


« Désolé de te déranger, mais j'avais besoin d'une personne pour m'épauler ».
-..Hum, Dëss ! Ca faisait un bail ! »


Me retournant je croise le regard qui suit habituellement cette voix là. Il se tient face à moi les même cheveux noirs courts au-dessus mais lui arrivant au cou, bien que son armure soit différente de la précédente elle est toujours d'un métal mat et créée pour le silence, détail incongru un pantalon bleu étrange… Ses protège-tibias du même métal que l'armure m'indique une chose : Il est toujours aussi barbare.
Il ne doit vraiment pas être en bon état à voir comment le bout de ses doigts dépassant de ses manches grises tremblent.
Peu importe, plus vite j'en aurais finis avec ce pensum plus vite je pourrais retourner chez moi.


« Mais comment a-t-il réussi à oublier son sabre? C’est déjà ridicule de se battre avec une épée en bois mais si en plus il la perd… »


Arrivant à l'entrée du bâtiment je me retourne sur le seuil.


« Un gros bloc de béton armé, voilà qui plairait à Dëss, lui qui aime les choses lourdes et sans aucune esthétique, heureusement que l'intérieur rattrape le dehors… »


Je prends ma forme de chauve-souris et vole à tire d'aile jusqu'à la ville, je me pose sur le faîte d'une maison et passe la zone au sonar . . . rien à signaler, je reprends ma forme humanoïde et saute d'une toiture à l'autre à travers les docks.
Au bout d'une cinquantaine de minutes d'investigation je me retrouve face à deux énormes trous dans la chaussée de sacrés dégâts effectivement,
Plus loin un trou circulaire plus net le doute n'est plus permis, on reconnaît bien la marque de Dëss quand il passe au niveau inférieur sans prendre les escaliers.
Je saute dans le trou et retombe un peu plus bas, il me faut de la lumière.
Au bout de quelques instant de concentration une petite boule de lumière se met à flotter au-dessus de ma tête désormais les lieux sont éclairés même si la discrétion n'est pas au rendez-vous.


Il y'a un éboulement à coté ça ne ressemble pas à une de ses "oeuvres ».
Je piste son l'odeur et son aura, j'arrive devant des cadavres, leur puanteur est pire que celle des égouts.
Je passe rapidement mon chemin afin de préserver mes narines de ce cauchemar sensoriel.
Arrivé devant un éboulis je décèle la résonance du sabre.
J’entame une mélopée aux consonances légèrement gutturales répondant à mon appel les plantes présentes dans l'éboulis se développent jusqu'à former un tunnel praticable.
Une fois le tunnel franchi je me pose sur la roche, ce sort m'a un peu trop demandé d'énergie.
Quelques dizaines de minutes plus tard je me relève le sabre me tend les bras, il est posé sur le sol attendant que je le ramasse.
Je repars en le portant sur le dos j'avais oublié à quel point il était plus dense que du bois normal.
Je n'ai plus qu'à retourner à mon point de départ et lui rendre son petit joujou.


Mais le soleil commence à filtrer par les différentes failles de la paroi il est temps de me reposer je repartirai au crépuscule.
Mer 5 Jan - 00:55 (2011)
Lou Chan
L'Encre des Rois

Hors ligne

Inscrit le: 03 Jan 2011
Messages: 37

Message "Le Sang des Rois" : L'histoire Répondre en citant
« Tais-toi, et suis-moi. On est bientôt chez moi, mais les environs sont... quelques peu hostile. Enfin, t'as l'air d'aimer les loups, t'as rien à craindre.
- Les animaux sont mes amis, je sais leur parler dans leur langue alors, oui c’est sûr j’ai rien à craindre.
- On y est. Suivez-moi à la trace. Il y a des pièges un peu partout. Si vous êtes pris dedans, vous êtes mort ».


Je souris, ne le prenant pas au sérieux.


« Ce n'est pas une blague. Il y a des pièges absolument partout dans la forêt. En fait, il y en a depuis la lisière. Mais à un rayon de 300 mètres autour de mon abri, j'en ai posé un bon millier. A tes risques et périls ».


Mon sourire disparaît, et je comprends à quel point il est sérieux.


Pour moi-même : « Non mais il me prend pour qui? Je les ai vu ses pièges !!! Ah oui, c’est vrai … faut vraiment que je m’habitue à ce que les autres vampires n’ont pas l’ouïe, l’odorat, le toucher et la vue aussi puissante que la mienne ».


Soupir.


Arrivé au Bunker je fait presque la grimace … mais ne laisse rien paraître.


Quand il revient de son expédition à dos de ma louve je lui lance.
« La prochaine fois, demande lui avant de t’en servir comme cheval, elle n’apprécie pas vraiment ça… Au fait, t’as eu les plantes que tu voulais ? Orties, coriandre et sauge, c’est ça ?


Il a l’air surpris, car il ne se souvient pas m’en avoir parlé et je n’ai encore rien vu.


Dans ma tête : « Ho ho … j’ai fait une gaffe, il ne sait rien de Shadow et moi, mieux vaut ne rien dire pour l’instant ».


Puis je fait mine de regarder le labo. Je m’en vais avant de voir si Dëss va mourir ou non, je ne veux pas savoir … Je me balade dans la demeure.
Mer 5 Jan - 13:16 (2011)
Saënd
L'Encre des Rois

Hors ligne

Inscrit le: 04 Jan 2011
Messages: 9

Message "Le Sang des Rois" : L'histoire Répondre en citant
Je me réveille, le temps est nuageux c’est une bonne chose je vais pouvoir me déplacer sans trop de problème dehors.
Au bout de quelques minutes de marche j’arrive sous une bouche d’égout une fois la plaque soulevée je me retrouve à l’extérieur.
Je pars au pas de course vers le bunker le sabre à la main.
Au détour d’un croisement je remarque les mêmes voitures garées les unes derrière les autres à deux pas du cimetière.
Je saute jusqu’au toit d’une maison et approche lentement de toit en toit ma prudence paye la zone est quadrillée par des patrouilles de deux hommes un tissu dissimule le haut de leurs corps sans doute les humains hypertrophiés que Dëss m’as décris. . .
Je me retire, en plein jour même si la couverture nuageuse me protège un tant soit peu du soleil ça me handicape énormément.
Je repars vers la forêt.
Mer 5 Jan - 13:17 (2011)
Jess
L'Encre des Rois

Hors ligne

Inscrit le: 02 Jan 2011
Messages: 91

Message "Le Sang des Rois" : L'histoire Répondre en citant
Chez l'apothicaire


La porte s'ouvre sur un vampire grand au regard bleu.


« Bonjour ! »


S'apercevant que seul le silence lui répond


« Il y a quelqu'un ? »


Il paraît un peu nerveux, regardant sans cesse par la porte-fenêtre.


« Hého ? »
Mer 5 Jan - 13:19 (2011)
Undo
L'Encre des Rois

Hors ligne

Inscrit le: 05 Jan 2011
Messages: 5

Message "Le Sang des Rois" : L'histoire Répondre en citant
Undo voit entrer un vampire dont les yeux ont la couleur de l'océan, sans doute celui qu'elle attendait. Il a l'air épuisé comme elle avait pu percevoir en songe. Elle ignorait à quoi il ressemblait et ne connaît même pas son nom, pourtant, elle a la certitude qu'il s'agit bien de lui.


Après l'avoir salué d'un signe de tête et s'être simplement présentée, elle lui propose un siège et de quoi lui rendre les idées claires, ce qu'il accepte sans trop hésiter.


Après un long moment, il finit par rompre le silence et lui expliquer directement ce qui l'amène, sans prendre le temps de se présenter. Il ne lui parle que d'un autre vampire blessé, et pas de lui-même. Le voyant tâché de sang et l'entendant parler fort, elle lui tend un coquillage.
« Commence par écouter le chant des sirènes dans ce coquillage »


Il la regarde d'un air sceptique, mais obtempère. Peu à peu, les traits de son visage se détendent. Il lui parle de nouveau de son ami inconscient suite à un choc violent.


Undo prend alors un baume et quelques fioles de sang et prépare une mixture sous le regard attentif de Jess. Elle lui donne alors deux petites boîtes et une fiole.


« Voici un baume à la mandragore, auquel j'ai ajouté du sang d'Icarii et de licorne. C'est un baume puissant qu'il te suffira d'appliquer sur la tête de ton ami et sur ses blessures les plus graves. Celui-ci est un simple baume à la mandragore, pour les blessures moins importantes, ajoute-elle en lui tendant la seconde boîte ». Fais-lui boire 3 gouttes du contenu de la fiole à chaque heure. Tu peux en prendre toi-aussi.


Voyant son air las, elle lui donne elle-même un peu du contenu de la fiole, ce qui semble lui redonner un peu d’énergie
Mer 5 Jan - 23:01 (2011)
Jess
L'Encre des Rois

Hors ligne

Inscrit le: 02 Jan 2011
Messages: 91

Message "Le Sang des Rois" : L'histoire Répondre en citant
Une douce chaleur envahit mon corps et mon âme. Dès que j'ai poussé la porte de cette boutique, les senteurs, l'atmosphère régnant à l'intérieur m'ont insufflé une sérénité quasi magique. Et l'étrange et belle mélodie qui émane du coquillage me rappelle l'heureuse insouciance de mes années d'enfance humaine. Je suis bien, je ne cours plus, je n'ai plus mal. Le temps n'existe plus. Je suis bien. Tout simplement.



Puis je repense à Urdaan, je lui ai promis de faire vite. J'aurai pu rester là des heures, à écouter cette mélodie, à regarder l'aura apaisante de cette femme passer du blanc au jaune, à l'or, à l'orange, au vert... mais je ne suis pas seul. Dès que tout sera fini, je reviendrai. C'est une certitude.


Les onguents que m'a remis Undo vont accélérer le processus de régénération d'Urdaan. Mais pour lui donner un coup de boost et sortir enfin de ces maudits égouts, rien de tel que ma potion secrète. Malheureusement il me faut un matériel encombrant et coûteux, et je n'ai ni le lieu, ni les fonds, ni le temps pour parer à tout ça.


L'idéal serait... La gentillesse naturelle qui émane de cette femme me met en confiance. Tant pis, j'ose.


« Merci. Mais je réalise que je ne me suis même pas présenté. Je m'appelle Jess » et je lui tends un sourire en guise de salutation.


« Vous avez déjà fait beaucoup pour mon ami et moi. Mais j'aurais une requête un peu... spéciale à formuler. Je dois préparer une potion d'énergie, et il me faut du matériel pour cela. Sans vouloir abuser, pourrais-je utiliser votre laboratoire ? En contrepartie, je vous enseignerai la préparation de cette potion aux multiples vertus.


Je sais que ça n'est pas bienséant, et qu'un apothicaire est avare de ses secrets, mais vous me rendriez un grand service. Je comprendrais un refus, et n'insisterais pas. Marché conclu ? »
Mer 5 Jan - 23:04 (2011)
Undo
L'Encre des Rois

Hors ligne

Inscrit le: 05 Jan 2011
Messages: 5

Message "Le Sang des Rois" : L'histoire Répondre en citant
La fatigue semble s’être complètement dissipée du regard de son visiteur. Elle sourit en l’entendant se présenter.


Il semble soudain pris dans un combat intérieur.


Patiente, Undo attend qu’il reprenne la parole. Entendant la requête de Jess, Undo est partagée. Elle ne saurait expliquer pourquoi ce vampire lui inspire autant de confiance, alors qu’elle est d’une nature plutôt méfiante. Vamptrap, son « maître » étant absent, elle décide d’accepter et lui fait signe de la suivre dans l’arrière-boutique, dans laquelle le laboratoire est caché à la vue des visiteurs ou de curieux.


Etant d’une nature discrète et connaissant la valeur de certains savoirs, elle propose à Jess de le laisser seul pour réaliser sa potion, afin que le secret en soit conservé.
Mer 5 Jan - 23:09 (2011)
Jess
L'Encre des Rois

Hors ligne

Inscrit le: 02 Jan 2011
Messages: 91

Message "Le Sang des Rois" : L'histoire Répondre en citant
Je pénètre dans le Saint des Saint de la boutique d'apothicaire. La petitesse de l'avant-salle ne laissait pas présager un tel espace de travail : le laboratoire est relativement spacieux.


La salle est sombre, toutes les fenêtres sont occultées par de lourds rideaux. Tout comme nous vampires, les produits craignent la lumière.


Tous les murs périphériques sont occupées d'étagères en bois craquant sous le poids de fioles, bocaux, pots, éprouvettes, translucides ou opaques, colorés, certains vides et d'autres renfermant des liquides, des poudres, des animaux en suspension, des pattes, des herbes, portant des étiquettes aux noms simples et communs ou exotiques et complexes.


Au centre, de grandes tables en bois sont occupées par divers ustensiles en verre, cuivre ou fonte tels que ballons, doseurs, creusets, pinces, balances, lampes à huile... et trônant fièrement au centre, le clou du spectacle : un magnifique alambic en verre, avec son réservoir principal conique et ses tortillons en spirale. Une superbe pièce.


La gentillesse et la naïveté de mon hôte me touchent. Si son maître apprend ce qu'elle fait, elle aura droit à une bonne rossée ou pire elle risque d'être renvoyée et radiée à vie de l'ordre pour faute grave et impossibilité d'exercer, avant même d'avoir passé son diplôme d'apothicaire.


Pire, elle me propose de me laisser seul. Ne connaît-elle pas la valeur de certains de ses produits ? Si la plupart sont communs, certains sont extrêmement rares, viennent de contrées lointaines et quelques onces peuvent valoir une véritable fortune. Mais elle a confiance en moi, et j'en suis flatté. Je n'abuserai pas de sa générosité et de sa candeur.


« Vous pouvez rester, c'est le marché. Je vais vous enseigner cette potion, aux grandes vertus énergisantes et digestives. Et puis je vais avoir besoin d'une assistante ».


Je crois lire de l'intérêt dans son regard.


« Voilà les produits dont je vais avoir besoin : de l'éthanol... de l'aneth... de la badiane... de l'armoise... de la réglisse... du sucre... et de l'eau, bien sûr. Vous aurez plus vite fait de les trouver dans vos étagères que moi ! »
Mer 5 Jan - 23:12 (2011)
Undo
L'Encre des Rois

Hors ligne

Inscrit le: 05 Jan 2011
Messages: 5

Message "Le Sang des Rois" : L'histoire Répondre en citant
Undo voit l'expression de Jess changer lorsqu'il découvre l'arrière-boutique. Il semble étonné par certaines choses qu'il y découvre, ce qui la fait sourire.


Une lueur de doute semble passer dans le regard de Jess. Undo songe que la façade qu'ils ont bâtie avec Vamptrap pour la protéger continue de fonctionner. Elle regrette rarement d'avoir choisi de cacher son savoir et de ne se faire passer que pour une « simple » apprentie. Cet instant est l'un de ceux où elle regrette que cette façade soit si solide.


Même si les ingrédients sont protégés par quelques sorts, lui proposer de rester seul était une erreur de débutant, qui a du continuer de l'induire en erreur, mais comment expliquer cette confiance qu'il lui a inspiré dès son arrivée ?


Il refuse cette offre. Décidément, ce vampire ne semble avoir qu'une parole et la curiosité d'Undo l'emporte. Entendant la liste des ingrédients que Jess lui demande, elle obtient la certitude qu'elle ne connaît pas cette potion et que celle-ci doit avoir des vertus puissantes, tout en restant étonnée qu'aucune goutte de sang ne soit requise. Les potions de ce genre se font de plus en plus rares et ceux qui en connaissent le secret encore plus.


Après avoir regroupé le tout sur la table, elle se place de façon à ne pas gêner Jess. Attentive aux moindres de ses faits et gestes, elle se tient prête à intervenir au besoin, tout en retenant chaque phase de la préparation.
Mer 5 Jan - 23:15 (2011)
Jess
L'Encre des Rois

Hors ligne

Inscrit le: 02 Jan 2011
Messages: 91

Message "Le Sang des Rois" : L'histoire Répondre en citant
Je suis concentré sur la préparation de ma potion. Il y a bien longtemps que je n'en ai plus fabriqué, et je suis obligé de bien fouiller ma mémoire pour en retrouver toutes les étapes.


Séparer l'éthanol : mettre une petite quantité à part dans un verre.


Les images me reviennent, celles de ma grand-mère mortelle dans sa cuisine, entourée de ses modestes instruments, et qui préparait au printemps cette mixture. Une potion pour humain, agréable au goût, utilisée diluée pour conférer joie et énergie, pure pour les maux de ventre. Certains effets pouvaient s'avérer désagréables...


Dans le verre, placer la badiane, l'armoise, la réglisse, l'aneth, et laisser macérer plusieurs jours...


Mince, je n'ai pas le temps. Je vais procéder autrement, pour accélérer le mouvement. Dans un creuset en bois je place les herbes et les broie avec un pilon. Puis avec un couteau je gratte la badiane et la réglisse. Je mélange le tout, goutte avec mon doigt, râpe à nouveau un peu de badiane, et ayant obtenu une poudre homogène d'un brun verdâtre à l'arôme me convenant, je transvase la poudre dans un verre d'éthanol. Puis je remue le tout à l'aide d'une cuillère.


« Tiens Undo, peux-tu continuer à remuer doucement la cuillère ? Il faut éviter que la poudre retombe au fond, et activer la solution pour que les échanges moléculaires se fassent ». Elle prend ma place et touille doucement.


Pendant ce temps, je place un creuset sur un brûleur dans lequel je verse du sucre, et un peu d'eau.


Or étant devenu vampire, mes premiers repas de sang me causaient de violents maux de ventre. Mes boyaux se tordaient, ayant du mal à s'habituer au changement de régime alimentaire. Seul ce remède de ma grand-mère parvenait à calmer mes douleurs.


Le mélange eau/sucre se met à frémir, puis à bouillir à grosses bulles. Il devient de plus en plus pâteux, il va me falloir faire attentiooooon... voilà ! Les bords commencent à roussir. Je compte jusqu'à 10, et retire le creuset du brûleur. J'en verse le contenu dans l'éthanol pur, qui se teinte immédiatement d'une belle couleur ambrée.


Je reporte mon attention sur Undo. Elle continue de remuer patiemment; le liquide translucide a pris une belle teinte verte olive. C'est loin d'être parfait, mais dans l'urgence ça ira. J'assemble les deux parties de la potion : c'est prêt.


« Voilà, normalement il faut laisser macérer les plantes pendant plusieurs semaines, on peut y ajouter du thym, de la sauge, du romarin, de la menthe sauvage... mais pour l'heure j'ai ce qu'il me faut ».


Je prends deux petits verres, verse un doigt de potion dans chacun. Le liquide est translucide et ambré, avec des reflets verts, or, jaune, rouge. Puis j'y ajoute un peu d'eau, et immédiatement le liquide devient opaque et d'une teinte jaune paille. J'en tends un à Undo.


« Tiens goûte, et dis-moi ce que tu en penses. C'est sans danger ».


Et pour le lui prouver, je porte mon verre à mes lèvres et avale une gorgée de cet excellent breuvage.
Mer 5 Jan - 23:20 (2011)
Contenu Sponsorisé






Message "Le Sang des Rois" : L'histoire

Aujourd’hui à 12:45 (2018)
Montrer les messages depuis:    
Répondre au sujet    Le Sang des Rois Index du Forum » Le Sang des Rois » Le Sang des Rois Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 36, 7, 817, 18, 19  >
Page 7 sur 19

 
Sauter vers: 

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Design by Freestyle XL / Music Lyrics.Traduction par : phpBB-fr.com